Les Artistes

Irina de Baghy

C’est à l’âge de six ans que la jeune mezzo-soprano canadienne Irina de Baghy débute sa carrière de chanteuse dans des comédies musicales au Canada, avant de suivre les master-classes de grands artistes de jazz comme Sheila Jordon ou Jay Clayton. En 1999, elle obtient son Bachelor of Artsà la Bishop’sUniversity deLennoxville (Québec). Elle a décerné de nombreux prix, parmi lesquels The Friends ofMusic Award 1999-2000, The Howard Brown Prize in Music 2000-2001 et 2001-2002,ainsi que le prix universitaire Top GraduatingStudent 2002-2003. Irina a donné de nombreux récitals aux États-Unis et au Canada. En France elle s’est produite à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, au Studio Théâtre de la Comédie Française, à la Salle Berthier, à Allanche, ainsi qu’au Festival Dedans-Dehors du Théâtre Brétigny, au Festival du Parc Floral à Vincennes, et dernièrement au Festival Consonances deSaint-Nazaire. On a également pu l’entendre à plusieurs reprises dans l’émission de Stéphane Goldet, L’Atelier des chanteurs, sur France Musique ainsi que dans l’émission Dans la cours des grands avec Gaëlle Le Gallic. Elle a en outreeu l’occasion de travailler avec Rachel Yakar, François le Roux, Natalie Stutzman, René Jacobs et Theresa Berganza.
Irina se produit également sur la scène lyrique ou en concert avec orchestre. Elle a enregistré La Symphonie dujaguar de Thierry Pécou avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de François-Xavier Roth àL’Arsenal de Metz, disque Diapason d’or 2010. Elle a terminé sondiplôme de fin d’études supérieures au CNSM de Paris dans la classe de Peggy Bouveret ainsi que son DESS Art durécital, sous la direction de Françoise Tillard à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.Elle possède égalementun diplôme supérieur et un diplôme de concert de la Schola Cantorum (classe de JacquelineBonnardot).

Hugues Borsarello, violon

Hugues Borsarello n’a pas choisi le violon, c’est l’instrument qui s’est imposé à lui. Un beau début !

Après un premier Prix au CNR de Paris, il intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il se perfectionne auprès de Patrice Fontanarosa et crée un trio en compagnie de David Saudubray(piano) et Gautier Capuçon (violoncelle), car pour lui, musique et relations humaines sont toujours étroitement liées.

À cette même période, Hugues Borsarello est admis au Gustav Mahler Jugend Orchestra. Sous la direction de ClaudioAbbado ou Seiji Ozawa, il  participe à de nombreuses tournées où les solistes invités se nomment Yuri Bashmet, Yo-YoMa… Hugues Borsarello a tissé des liens très intimes avec la musique de chambre, ainsi ilparticipe à denombreux festivals de renom aux côtés de Jérôme Ducros, Olivier Charlier, Gautier Capuçon….

Il est par ailleurs violon solo et directeur artistique de l’orchestre de chambre d’Alsace La Follia. Il vient d’enregistrer l’intégrale des Concertos pour violon de Mozart avec cet ensemble.

Hugues Borsarello joue un violon de Michele Deconet (Venise 1777) et un archet de François-Xavier Tourte (ca 1795) mis à sa disposition par Olivier Gary, luthier à Mulhouse.

Albane Carrère

Née à Vienne en Autriche, Albane Carrère se forme au Conservatoire Royal de Bruxelles avant de se perfectionner auprès de Teresa Berganza, au European Opera Center et à l’Académie Mozart du Festival d’Aix. Elle fait ses débuts en Belgique à l’opéra de Gand dans le rôle de Mallika (Lakmé, Delibes), à l’Opéra de Liège dans le rôle-titre de Thérèse de Massenet et à La Monnaie de Bruxelles dans le rôle d’Adine (La Dispute, B.Mernier). En France, elle incarne Karolka (Jenůfa, Janáček), Mrs Grose (The Turn of the Screw, Britten), Flora (La Traviata, Verdi), la Seconde Dame (La Flûte enchantée, Mozart), Zerlina (Don Giovanni, Mozart), Mercedes (Carmen, Bizet), Lucienne (Die ToteStadt, Korngold) aux opéras de Rouen, Tours, Reims, Toulon, Versailles, Nantes, Nancy et Avignon. Elle se produit sur France 3 dans les émissions TV Musiques en Fêtes aux Chorégies d’Orange et Fauteuil d’Orchestre avec Ruggero Raimondi. En 2016, elle est Le Renard (La Petite Renarde Rusée, Janáček) à Bastille, Donna (Senza Sangue, Peter Eötvös) en Suède et à Budapest, Garcias (Don Quichotte, Massenet) à l’Opéra de Bordeaux, puis Clotilde (Norma) à l’Opéra de Saint-Étienne.

Chœur du Robinson College (Cambridge)

Le Robinson Consort est un chœur de 16 personnes, fondé en 2017. Le chœur est composé de chanteurs du choeur de chapelle du Robinson college ainsi que d’autres étudiants de l’Université de Cambridge. Spécialisés dans la musique chorale du 20e et 21e siècle,

le Chœur du Robinson College chante également dans des cathédrales, des émissions de radios et des tournées d’été, en plus des deux services hebdomadaires de la Chapelle. Prague, Vérone, Milan, Paris et Hong Kong font partie des destinations récentes. Le chœur est dirigé par le Directeur du Chapel Music Simon Brown qui collabore avec deux organistes,Anthony Gray et David Warren, ainsi que par le Docteur Jeremy Thurlow et le Révérent Simon Perry, Chapelain du Robinson College.

Ensemble Contraste

Que se passe-t-il lorsque la musique savante rencontre la musique populaire ?

Il en résulte un savoureux contraste du nom de cet ensemble créé en 2000 et composés d’artistes classiques virtuoses parmi les plus prometteurs de leur génération. La diversité et la spontanéité de cet ensemble aux formes atypiques, la recherche de ses propres arrangements, permettent une programmation originale de la musique classique au tango, à la comédie musicale, au jazz et à la création contemporaine.

De Classic Tango qui se joua dans le monde entier aux nouvelles créations The FairyQueen& Les Aventures d’Eustache le Moine (2015), Joséphine Baker (2016),Georgia et Roméo&Juliette (2017), les productions et la discographie de ce collectifde musiciens polyvalents et talentueux sont salués unanimement par la critique.

Sous la direction artistique d’Arnaud Thorette et la direction musicale de Johan Farjot, l’ensemble Contraste se produit dans les plus grands festivals et salles françaises et européennes et est en résidence artistique au Centre Culturel del’Entente Cordiale – Château d’Hardelot dans le Pas-de-Calais.

En parallèle de ses concerts, l’ensemble Contraste s’investit dans un vaste programme d’actions culturelles territoriales à destination de publics éloignés de l’art et d’amateurs, notamment en zone rurale, et principalement dans le Pas-de-Calais. Il y mène des ateliers de pratique artistique menant à la création de spectacles par et avec les participants.

Contraste collabore avec des artistes d’univers différents : la mezzo-soprano Karine Deshayes ou encore le compositeur Karol Beffa, mais aussi Magali Léger, Sandrine Piau, Philippe Jarousky, Rosemary Standley, Albin de la Simone, Emily Loizeau, Raphaël Imbert …

En 2009, l’ensemble fonde son label Contraste Productions et sort le disque Songs. Pour aller toujours plus loin dans sa volonté d’ouvrir et de partager l’univers de la musique classique à un plus grand nombre, Contraste Productions conçoit Tous en coeur®, un événement télévisé inédit en faveur de la protection de l’enfance en danger, sur France 2en 2013. Il poursuit dans cette même voie en créant en 2016 Georgia – Tous mes rêves chantent. Ce conte musical écrit par Timothée de Fombelle, raconté par Cécile de France, et interprété par la fine fleur des chanteurs français est paruchez GallimardJeunesse début novembre 2016 et sera porté à la scène et à la télévision en juin 2017.

Contraste est associé à la programmation artistique du festival Les Antiques de Glanum, à Saint-Rémy de Provence. Ilest engagé depuis 2012 au profit de l’association SOS Villages d’Enfants.

Laurent-Guillaume Dehlinger

De ses études d’architecture et sa formation de comédien au Cours Florent à Paris, Laurent-Guillaume Dehlinger, mobilise son énergie et sa capacitéde rassembler à la création de spectacles vivants hors les murs et d’évènementsculturels en espace public. Laurent-Guillaume agit essentiellement en plein air, s’inscrivant dans la tradition des Arts de la Rue, dont il dirige aujourd’hui une compagnie dédiée, la compagnie Deracinemoa.

Depuis 2012, il développe et accompagne les politiques culturelles et évènementielles de la ville de Metz et son agglomération, mais aussi répond à des lancementsd’équipements publics (Théâtre d’Anglet et de Cergy Pontoise) et participe au développement du Centre culturel del’Entente Cordiale, pour le Conseil Général du Pas-de-Calais signant l’inauguration de son nouveau théâtre Elisabethainet ses évènements de plein air.

En 2014, il signe la nouvelle mouture des Fêtes de la Mirabelle de Metz et du Festival Renaissances de Bar-le-Duc, développant une programmation exigeante « arts de la rue ».

Depuis la même année, il travaille en collaboration avec l’ensemble de musique classique Contraste et met en scène ses projets de semi-opéra actuellement en tournée.

Il est aujourd’hui président de la Fédération Grand Est des Arts de la Rue, oeuvrant au développement et à lastructuration du secteur de la grande région, et secrétaire de la Fédération Nationale des Arts de la Rue.

De ses études d’architecture et sa formation de comédien au Cours Florent à Paris, Laurent-Guillaume Dehlinger, mobilise son énergie et sa capacitéde rassembler à la création de spectacles vivants hors les murs et d’évènementsculturels en espace public. Laurent-Guillaume agit essentiellement en plein air, s’inscrivant dans la tradition des Arts de la Rue, dont il dirige aujourd’hui une compagnie dédiée, la compagnie Deracinemoa.

Depuis 2012, il développe et accompagne les politiques culturelles et évènementielles de la ville de Metz et son agglomération, mais aussi répond à des lancementsd’équipements publics (Théâtre d’Anglet et de Cergy Pontoise) et participe au développement du Centre culturel del’Entente Cordiale, pour le Conseil Général du Pas-de-Calais signant l’inauguration de son nouveau théâtre Elisabethainet ses évènements de plein air.

En 2014, il signe la nouvelle mouture des Fêtes de la Mirabelle de Metz et du Festival Renaissances de Bar-le-Duc, développant une programmation exigeante « arts de la rue ».

Depuis la même année, il travaille en collaboration avec l’ensemble de musique classique Contraste et met en scène ses projets de semi-opéra actuellement en tournée.

Il est aujourd’hui président de la Fédération Grand Est des Arts de la Rue, oeuvrant au développement et à lastructuration du secteur de la grande région, et secrétaire de la Fédération Nationale des Arts de la Rue.

 

La Compagnie Deracinemoa

L’association « Compagnie Deracinemoa » a été créée en 2003 dans le but de porter un cadre professionnel à la production de spectacles et à l’organisation d’ateliers de pratiques artistiques pour un large public, professionnel ouamateur.

Dès sa création, l’association s’investit alors dans une démarche associative portée par les Arts de la rue, un secteur culturel qui encourage le décloisonnement des pratiques artistiques traditionnelles et permet de confondre tous lespublics. La Compagnie est d’ailleurs adhérente de la Fédération Nationale des Arts de la Rue dont le manifestel’Art est Public constitue aujourd’hui l’un des textes fondateurs de la politique culturelle du Ministère de la Culture etde la Communication.

 

Henri Demarquette, Violoncelle

Né en 1970, Henri Demarquette entre au Conservatoire de Paris dans la classe de Philippe Muller et Maurice Gendron à l’âge de 13 ans. Il continue ses études auprès de Pierre Fournier, Paul Tortelier et JanosStarker aux Etats-Unis. Yehudi Menuhin le remarque alors et l’invite à jouer le concerto de Dvorak sous sa direction à Prague et Paris.

La carrière internationale du violoncelliste est lancée et Demarquette peut ainsi se produire accompagné des grands orchestres français ou étrangers : Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre National de France, le London Philharmonic, l’Orchestre de Chambre de Paris, le Tokyo Symphony, l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, l’Orchestre Philharmonique de l’Oural, le SinfoniaVarsovia, la NDR de Hannovre etc…

Grand défenseur et promoteur de la musique contemporaine, il créé et collabore aux œuvres de Pascal Zavaro, Eric Tanguy, FlorantineMulsant, Alexandre Gasparov, Michel Legrand, et Richard Galliano, Laurent Petitgirard, Marcel Landowski, Jean Françaix ou Henri Dutilleux. Olivier Greif lui dédie le concerto Durch Adams Fall.

Henri Demarquette s’investit dans des projets originaux et des mélanges instrumentaux peu courant tels que le programme Vocello, qui réunit le violoncelle et un chœur acappella dans des œuvres de la Renaissance et du 21ème siècle ou le programme Arborescence avec lequel il présente l’histoire de la musique au violon, violoncelle, piano et bandonéon.

Jodie Devos, Soprano

Née en 1988, la soprano belge Jodie Devos commence ses études musicales professionnelles à l’Institut supérieur de Musique et de Pédagogie à Namur avec Elise Gäbele et Benoit Giaux. Elle continue sa formation à la Royal Academy of Music de Londres et gagne le premier prix duConcours International Bell’Arte. Elle est Artiste Jeune Talent de l’année 2015 pour les International Classical Music Award (ICMA).

Pendant ses études, elle travaille avec Peggy Bouveret, John Streets, Florence Daguerrre de Hurreaux, MitsukoShirai, Helmut Deutsch, Noelle Barker, Raphael Sikorski, Christiane Eda-Pierre et Nadine Denize.

Son répertoire à l’opéra inclus Adèle et Ida (La chauve-souris de Strauss Jr.) Serpina (La ServaPadrona de Pergolesi), Le Feu, le Rossignol et la princesse (L’enfant et les Sortilèges de Ravel), Blondchen (Die EntführungausdemSerail), Despina (Cosi fan tutte de Mozart), Olympia (Les contes d’Hoffmann de Offenbach) mais aussi Liesl dans La mélodie du bonheur de Oscar et Hammerstein.

Elle a chanté sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon un concert dédié aux airs de concert et airs d’opéra de Mozart avec le nouvel orchestre « Millénium Orchestra».

 

 

Virgile Frannais, baryton

Virgile Frannais débute le chant à Orléans. A Paris, il entre au Conservatoire du VIème arrondissement, puis au Conservatoire de Région – classe de Fusako Kondo – et enfin au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse. Il co-fonde le trio des Lyriques FMR avec Martine Midoux (chant, mise en scène), et Cécile Romieu (piano).

De 2005 à 2007, il est pensionnaire du CNIPAL de Marseille où il travaille avec Mady Mesplé, Yvonne Minton et Tom Krause. Il est Jupiter dans Orphée aux Enfers de J. Offenbach et Mercutio dans Roméo et Juliette de C. Gounod à l’Opéra de Marseille.

De 2010 à 2013, Virgile Frannais est Papageno dans la production du Théâtre des Bouffes du Nord, Une Flûte Enchantée de Mozart, mise en scène de Peter Brook, le spectacle remporte le Molière du Meilleur Spectacle Musical 2011.

Il a été Gustave de Pottenstein dans Le Pays du Sourire de F. Lehar puis Benoît et Alcindoro dans La Bohème de G. Puccini, deux productions de l’Opéra d’Avignon. Il s’est également produit à l’Opéra de Massy dans le rôle de Marullo dans Rigoletto de G. Verdi  et  dans Madame Butterfly de G. Puccini, rôle de Yamadori.

 En 2013-2015, il est Raoul de Gardefeu dans la Vie Parisienne de J. Offenbach à l’Opéra de Toulon, puis Assan dans The Consul de G. C. Menotti au Théâtre d’Herblay et repris au Théâtre de l’Athénée Louis Jouvet à Paris.

Il est Narcisse dans Geneviève de Brabant de J. Offenbach, en décembre 2016 et janvier 2017 à l’Opéra de Nancy-Lorraine puis Marco dans Gianni Schicchi dans la nouvelle production de la co[opéra]tive, en tournée au printemps 2017.

Johan Farjot

Johan Farjot est formé aux Conservatoires nationaux supérieurs de Paris (cinq premiers prix dans les classes, entre autres, de Michaël Lévinas et Thierry Escaich) et Lyon (piano-musique de chambre, diplôme de perfectionnement mention très bien). Pianiste au sein de l’ensemble Contraste qu’il a créé aux côtés d’Arnaud Thorette, il témoigne d’une intense discographie saluée par la critique (diapason d’or, choc Classica, etc.) et se produit avec des partenaires prestigieux comme Karine Deshayes, Philippe Jaroussky, le quatuor Ebène, le violoncelliste Jean-Guihen Queyras, etc. dans de nombreux festivals et saisons de concerts en France et à l’étranger.

 Dans un disque « Miroir(s) », sorti chez Naïve en septembre 2013, il réunit jazz et musique classique et revisite, avec Karol Beffa, Raphaël Imbert et Arnaud Thorette, les grands thèmes de notre imaginaire collectif.

Arrangeur, compositeur, improvisateur, Johan Farjot se montre très proche de la création (dédicataire et créateur de nombreuses œuvres d’aujourd’hui, de Karol Beffa, Philippe Hersant, Thierry Eschaich etc.) et se produit aux côtés de grands jazzmen tels Raphaël Imbert ou André Ceccarelli.

Constantin Goubet, ténor

Constantin GOUBET découvre sa passion pour la musique et l’art vocal très jeune au sein de plusieurs maîtrises et choeurs d’enfants. Ces premières expériences le poussent ensuite à travailler le chant lyrique au conservatoiredu 6ème arrondissement de Paris, puis au conservatoire de Boulogne-Billancourt. Il reçoit également les précieuxconseils d’Hanna Schaer et Frédéric Bourreau.

Il décide, en 2012, de se consacrer exclusivement auchant lyrique.

Sa voix légère se prête particulièrement bien à l’interprétation des grands oratorios baroques et classiques. Il s’est notamment illustré en tant qu’évangéliste dans les passionset l’oratorio de Noël de Jean-Sébastien Bach. On peut également régulièrement l’entendre dans la création de Haydn,le requiem de Mozart, le Messie de Haendel… Il explore aussi avec beaucoup d’intérêt le répertoire du lied et de lamélodie et a obtenu en janvier 2015 le Prix spécial du jury lors du concours d’interprétation de la ville de Boulogne-Billancourt.

Il chante actuellement au sein du Choeur de l’Armée Française et se produit régulièrement avec les ensembles Correspondances et Pygmalion. Aimant aborder la pratique musicale sous différents angles, il a pris en 2014 ladirection musicale de l’ensemble vocal Loyola, avec qui il aborde un répertoire varié. Sur scène, il a été Gardefeu dansla Vie Parisienne, Fritz dans la Grande Duchesse de Gérolstein, Piquillo dans la Périchole (Offenbach), Gontran dans les

Mousquetaires au couvent (Varney), Tamino dans la Flûte Enchantée (Mozart). En 2014, il fut le Comte Almaviva dans le Barbier de Séville de Rossini, mis en scène par Alain Garichot. Il incarna le Chevalier de la Force en mars 2015 dansles Dialogues des Carmélites de Poulenc, mis en scène par Vincent Vittoz.

Gauthier Herrmann, violoncelle

Voyageur, entrepreneur, aventurier …. Gauthier Herrmann est un musicien atypique. Violoncelliste passionnément tourné vers la musique de chambre, fondateur et directeur d’Arties Event Management, il sillonne le globe depuis plus de dix ans. Son regard distancié sur les circuits classiques l’a poussé à approfondir avec exigence sa formation de chambriste (lauréat avec le Trio con Fuoco des concours de Florence,Heerlen, Illzach, Vibrarte, Fnapec…) et à accorder sa confiance aux musiciens (Henri Demarquette, Gabor Takacs, GyorgyKurtag, Marcel Bardon, Paul Boufil etc.) plutôt qu’aux institutions. En 2001, Gauthier Herrmann découvre l’Inde. C’est de ce voyage que naît l’aventure Arties, projet un peu fou résumé par deux mots souvent incongrus dans la musique classique d’aujourd’hui : famille et entreprise.  

En 2011, avec le pianiste Romain Descharmes et le clarinettiste Olivier Patey, Gauthier fonde Arties Records. Une seconde étape, un label « d’artistes au service des artistes ». Un premier disque Brahms en 2012, puis la musique de chambre d’Ernest Chausson et Max Bruch.
Troisième étape, LdB-prod : LdB ou Louis de Beethoven, Fondé et co-dirigé avec le complice Antoine Manceau en 2012, LdB-prod mutualise les concerts de la famille Arties, imagine et propose des saisons de musique de chambre avec une ambition assumée : réinstaller une intimité entre la salle et la scène, rapprocher les artistes de leur public.

Florian Laconi, ténor

Florian Laconi est né à Metz où il étudie l’Art Dramatique et participe à de nombreuses pièces de théâtre en tant que comédien mais aussi en tant que metteur en scène. Il étudie le chant avec Michèle Command, Gabriel Bacquier et Christian Jean.

Sa carrière de soliste commence avec le rôle-titre de Faust de Gounod. Depuis, il chante sous la direction de chefs tels que Giuliano Carella, Marco Guidarini, Alain Guingal, John Nelson, Jacques Lacombe, Alberto Zedda, Alain Altinoglu, Michel Plasson et Georges Prêtre, dans des mises en scène d’Antoine Bourseiller , Bernard Broca, Jean-Louis Grinda, Pier Luigi Pizzi, Ian Judge, BrontisJodorowsky, Laurent Pelly et Jérôme Savary.

Florian Laconi interprète un très large répertoire Belcantiste. Il se produit en France dans les maisons d’opéras comme Avignon, Metz, Reims, Limoges, Clermont-Ferrand, Massy, Rouen, Nice, Saint-Etienne, Tours, Marseille, Montpellier, Paris mais aussi aux Chorégies d’Oranges, au Festival Radio France et Montpellier et à l’Opéra royal de Versailles, ainsi qu’à l’étranger, notamment à Hong Kong, à l’Opéra de Liège, de Monte Carlo et de Los Angeles.

Il chante également de la musique sacrée et des oratorios : La Petite Messe Solennelle et le Stabat Mater de Rossini, les Requiem de Mozart, Berlioz et Gounod, le Stabat Mater de Haydn ainsi que la Missa Criola de Ramirez. Plus récemment, il interprète le rôle du Remendado (Carmen) à Orange, le rôle-titre d’Hoffmann à l’Opéra de Rouen et de Versailles, de Roméo à l’Opéra de Massy, Luigi et Rinuncio (Il Trittico) ainsi que Gonzalvo (L’Heure Espangole) à l’Opéra de Tours, Rodolfo (La Bohème) et Vincent (Mireille) à l’Opéra d’Avignon.

Laurent Manaud Pallas, violon

Laurent MANAUD-PALLAS débute son parcours musical à Tarbes puis à Pau. Après un passage au CNR de Boulogne-Billancourt, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et termine son cursus au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient les diplômes de violon et de musique de chambre.

En 1991, dès la fin de ses études, il entre à l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Il se produit dès lors au sein de cette formation sur les plus grandes scènes du monde (salle Pleyel à Paris, Carnegie Hall à New York, Philharmonie de Berlin, Century Hall à Tokyo, Royal Albert Hall à Londres, Musikverein de Vienne…).

En 2002, Laurent MANAUD-PALLAS est nommé 1er Chef d’Attaque des seconds violons à l’Orchestre National de France. Il y côtoie les plus grands chefs d’orchestres comme, entre autres, Daniele Gatti, Kurt Masur, SeijiOsawa, Ricardo Muti ou Bernard Haitink, et continue plus que jamais à parcourir le monde.

Sa notoriété lui permet aussi de collaborer avec d’autres phalanges musicales orchestrales (l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine ou encore l’Orchestre de Monte-Carlo) et des ensembles de musique de chambre (Sirba Octet, Diabolicus, Les Dissonances, Arties, Sortie d’Artistes).

Par ailleurs, il se produit en Musique de Chambre avec ses collègues solistes de l’ONF.

 Laurent MANAUD-PALLAS est aussi le violon solo depuis 7 saisons de l’Orchestre de Pau Pays de Béarn, ainsi que le violon solo de l’Orchestre Lamoureux depuis septembre 2011.

Paul Montag

De nationalité franco-américaine, Paul Montag a été initié à la musique dès l’âge de quatre ans. Admis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à treize ans dans la classe de Jean-François Heisser, il se perfectionne par la suite auprès de Christian Ivaldi à l’École Normale de Musique de Paris.

Lauréat de la fondation Cziffra et du prix Charles Oulmont de la Fondation de France, il est invité très jeune à jouer dans des festivals réputés à travers l’Europe et se rend régulièrement auJapon, au Vietnam et aux États-Unis pour dispenser des Master Class et se produire en récital.   

Il a enregistré la musique de jeunesse pour piano de Paul Hindemith, l’intégrale des mélodies d’Albert Roussel, de Félicien David, ainsi que les mélodies de Charles-Marie Widor sur les poésies de Victor Hugo.

Paul Montag est professeur de musique de chambre à l’Ecole Normale de Musique de Paris et d’accompagnement au conservatoire de Ville d’Avray.

QUATUOR VOLTA

Hugues Borsarello, violon
Laurent Manaud Pallas, violon
Arnaud Thorette, alto
Gauthier Herrmann, violoncelle

Baptisé Volta, du nom du grand physicien italien, inventeur de la premièrepile électrique, le quatuor composé d’Hugues Borsarello et LaurentManaud Pallas, violons, Arnaud Thorette, alto et Gauthier Herrmann,violoncelle inscrit son travail au coeur du répertoire classique et du premierromantisme, l’identité même du quatuor à cordes : Haydn, Mozart,Beethoven et Schubert.

Ses quatre membres mènent depuis plusieurs années une riche activité dechambriste et concertiste, et c’est fort d’une longue amitié musicale qu’ilsont décidé en 2014 de poursuivre leur collaboration en donnant naissanceau quatuor Volta.

Individuellement lauréats de prestigieux concours internationaux (Paris, Bordeaux, Gènes, Londres, Sienne,Florence, Illzach, Heerlen…) les musiciensdu quatuor Volta se produisent sur les plus grandes scènes internationales,

Après une saison 14/15 consacrée en particulier aux derniers quatuors deSchubert, le quatuor Volta grave en 2016 son premier enregistrementdédié aux quatuors de Mozart pour le label Artie’s Records.

Antoine Pierlot

Nommé aux Victoires de la Musique 2009 dans la catégorie « révélation soliste instrumental », élu « révélation classique » par l’ADAMI en 2006, Antoine Pierlot est lauréat de la fondation de France et de la fondation Natixis.

Né de parents musiciens, c’est à l’âge de cinq ans qu’Antoine Pierlot débute le violoncelle. Il intègre en 2001 le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Roland Pidoux et Xavier Phillips où il obtient quatre ans plus tard un premier prix à l’unanimité ainsi qu’un premier prix de musique de chambre aux côtés d’Olivia Hugues et David Fray. En 2004, il remporte le premier prix du festival musical d’automne de jeunes interprètes qui lui donne l’occasion de jouer pour la première fois les grands concertos du répertoire.

Antoine Pierlot se produit régulièrement en France et à travers le monde, il est ainsi invité dans de nombreux festivals : les Folles journées de Nantes, les Flâneries musicales de Reims, le festival Pablo Casals à Prades, le festival de Menton, les Matinées musicales d’Arles, la Roque d’Anthéron, Ottawa Chamberfest, NortaljeKammermusik Festival, BremenMusikfestival, Printemps des Arts de Monte-Carlo…

Depuis 2008, il est également membre de l’ensemble Contraste aux côtés d’Arnaud Thorette, Maria Mosconi et Johan Farjot avec lesquels il s’ouvre à d’autres horizons musicaux (tango, comédie musicale…).

Il participe à plus d’une dizaine d’enregistrements de musique de chambre consacrés à Mendelssohn, Fauré, Beffa… pour différents labels (Zig-Zag, La Dolce Volta, Naive, Triton, Timpani…). Son dernier disque, consacré aux suites de Benjamin Britten pour violoncelle seul, a été récompensé ffff par Télérama.

 

Arnaud Thorette

Arnaud Thorette s’est distingué tout au long de son parcours musical en remportant cinq prix internationaux (Bordeaux, Gênes, Paris, Nuremberg, Haverhill), le prix de l’Académie Ravel ainsi que trois premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Lyon et cinq prix au CNR de Versailles. Il étudie par ailleurs la musique ancienne au Centre de musique baroque de Versailles.

Il est au côté du pianiste et chef d’orchestre Johan Farjot le directeur artistique de l’Ensemble Contraste, avec lequel il renouvelle l’approche du concert « classique ».

Révélation Classica en 2006, Arnaud Thorette a enregistré depuis une trentaine de disques salués par la presse française et étrangère. Citons notamment dans des genres différents : « Bach Transcriptions »,  « Miroir(s) », « Songs », « Fantasy », « Tenebrae », « Café 1930 – Tangos », ainsi que des œuvres de Fauré, Schumann et Brahms  (Universal, Outhere, Naïve…). En 2009, il créé le label Contraste productions,novateur dans le monde de la production musicale.

Il est le dédicataire ou le créateur de plus d’une trentaine d’œuvres de compositeurs contemporains dont Philippe Hersant et Karol Beffa avec lesquels il a tissé des liens forts.

Il joue un alto de Jean-Louis Prochasson imaginé pour lui en 2000, « Il Duende », et un violon de Francis Kuttner de 2009.

Arnaud Thorette est engagé depuis 2012 aux côtés de l’association SOS Villages d’enfants et produit en 2013 au Théâtre du Châtelet l’événement solidaire « Tous en cœur » pour France 2.

Présent sur les médias (France Musique, Radio Classique, France télévisions, TF1), il encourage l’accès à la musique classique au plus grand nombre grâce au décloisonnement des genres.

Jean-Luc Votano

Jean-Luc Votano commence la clarinette à l’âge de quatre ans avec son père. Après avoir étudié au Conservatoire Royal de Mons, il intègre le CRR de Versailles où il obtient un prix à l’unanimité avec les félicitations du jury (2001). Lauréat de plusieurs concours internationaux, nominé à mintes reprises aux Octaves de la Musique, il est élu meilleur Jeune Soliste de 2004 par les Radios Francophones Publiques et, à vingt ans, il entre  à l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège en qualité de première clarinette solo.

Sa passion pour la musique de chambre lui permet également de pratiquer son art avec des partenaires comme François-René Duchâble, Claire-Marie Le Guay, David Lively, Sophie Karthäuser, Marie Hallynck, Boris Belkin, etc., et les quatuors Debussy, Danel, Parisii et le Fine Arts Quartet.

Son répertoire comprend une centaine de concertos et d’œuvres de musique de chambre ainsi que plusieurs œuvres majeures du répertoire contemporain.

Plusieurs compositeurs belges – dont Claude Ledoux, Max Vandermaesbrugge, Robert Janssens, Viviane Mataigne et Stéphane Orlando – lui ont ainsi dédié certaines de leurs œuvres. C’est également lui qui crée au Japon le Concerto de Magnus Lindberg, à l’invitation du New JapanPhilharmonic Orchestra de Tokyo, en novembre 2009. Il fait par ailleurs ses débuts à New York en 2006, au Lincoln Center.

 Jean-Luc Votano enseigne à l’IMEP (Namur) depuis 2003 et est membre depuis 2007 du trio d’anches Abocalips avec Sébastien Guedj et Joanie Carlier. Il joue sur un jeu de clarinettes Buffet Crampon « Divine ».